On January 12th 2020, the world marked the 10th year anniversary of the day Haiti’s capital and its surroundings experienced a devastating earthquake.

Though it is clearly a day of mourning and remembrance, I refused to post sad images of the country. I refused to dwell on the pain and hurt attached to this day. I am not insensitive, after all I still carry with me first-hand experience of the earthquake and its aftermath. Yet, I like to focus on positive aspects of the country because too often foreigners only know the sadness and desolation associated with Haiti. A quick Google search is quick to associate the country with poverty, famine and violence. Too many people are unaware of the glory and pride flowing through this country.

“The single story creates stereotypes, and the problem with stereotypes is not that they are untrue, but that they are incomplete. They make one story become the only story.” – Chimamanda Ngozi Adichie

When you go to Haiti, please do not skip the ruins of the Sans-Souci Palace in Milot in the North of the country. This palace was once considered the Versailles of the Caribbean and has been a UNESCO World Heritage site since 1982.

Cannonballs at the Citadelle
Boules de canons à la Citadelle

In addition to the palace, it is important to make the trek to the Citadelle. The awe I experienced when I finally visited is indescribable. Walking through both monuments should be a requirement for all Haitians, but also for all foreigners and tourists who set foot on Haitian soil. People should understand why Haitians still have so much pride despite everything they have been through. I believe that once you see and understand what Haitians were able to build hundreds of years ago, you will understand why Haitians refuse to lose hope in the face of adversity. I also believe that it could lead certain people to reevaluate their purpose and approach to Haiti and to Haitians.

While I was blown away by the architecture (of the palace, the Milot cathedral that recently burned down, and the nearby Citadelle), I was even more fascinated by the history as told by a local guide. Our guide was so passionate about the accomplishments of Haiti’s founding fathers and it was palpable in the way he explained everything.

In spite of growing up in Port-au-Prince, it took me years to visit those gems in the North. 25 years to be exact. I visited long after I had left Haiti to live in New York. As a matter of fact, I visited months after visiting the Sanssouci palace in Germany. I do not blame my parents for never taking me, as they had both been a few times before my birth. Instead, I took matters into my own hands, planned my own trip, and I invited some friends met along my travels to explore my little island with me. I ensured to have an equal dose of natural beauty (the beaches and the mountains are glorious) and history. Visiting the remains of Haiti’s glory was therapeutic, but it also was a source of joy and amazement.

So on January 12th, I mourn the lives lost, but I also hold my head high and celebrate the ones who came before us, made us, and left us their legacy in the form of monuments and documents.

***

Standing at the entrance of the Citadelle
Á l’entrée de la Citadelle

Le 12 janvier 2020, le monde a marqué le 10e anniversaire du jour où la capitale d’Haïti et ses environs ont connu un tremblement de terre dévastateur.

Bien que ce soit clairement un jour de deuil et de souvenir, j’ai refusé de publier des images tristes du pays. J’ai refusé de m’attarder sur la peine et la douleur attachées à cette journée. Je ne suis pas insensible, après tout, j’ai toujours avec moi l’expérience directe du tremblement de terre et de ses conséquences. Nonobstant ce fait, je préfère me concentrer sur les aspects positifs du pays car trop souvent les étrangers ne connaissent que la tristesse et la désolation associées à Haïti. Une recherche rapide sur Google associe le pays à la pauvreté, à la famine et à la violence. Trop de gens ignorent la gloire et la fierté qui traversent ce pays.

«L’histoire unique crée des stéréotypes, et le problème avec les stéréotypes n’est pas qu’ils sont faux, mais qu’ils sont incomplets. Ils font de l’histoire unique la seule histoire. » – Chimamanda Ngozi Adichie

Lorsque vous allez en Haïti, ne ratez pas les ruines du palais Sans-Souci à Milot, dans le nord du pays. Ce palais était autrefois considéré comme le Versailles des Caraïbes et c’est un site du patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1982.

En plus du palais, il est important d’aller jusqu’à la Citadelle (à pied ou à cheval). L’admiration que j’ai ressentie lorsque j’ai finalement visité ce monument est indescriptible. Visiter ces deux monuments en particulier devrait être une exigence pour tous les Haïtiens, mais aussi pour tous les étrangers et les touristes qui mettent les pieds sur le sol haïtien. Les gens devraient comprendre pourquoi les Haïtiens ont toujours autant de fierté malgré tout ce qu’ils ont vécu. Je crois qu’une fois que vous aurez vu et compris ce que les Haïtiens ont pu construire il y a des centaines d’années, vous comprendrez pourquoi de nos jours les Haïtiens refusent de perdre espoir face à l’adversité. Je crois également que cela pourrait amener certaines personnes à réévaluer leur objectif et leur approche d’Haïti et des Haïtiens.

Partial view of the Milot Cathedral on the left, and the Sans-Souci Palace
Aperçu de la Cathédrale de Milot à gauche et du Palais Sans-Souci

Alors que j’étais époustouflée par l’architecture (du palais, de la cathédrale de Milot qui a récemment brûlé et de la Citadelle), j’ai été encore plus fascinée par les faits historiques racontés par le guide local. Notre guide était tellement passionné par les exploits des pères fondateurs d’Haïti et c’était palpable dans la façon dont il expliquait tout en détail.

Malgré mon enfance à Port-au-Prince, il m’a fallu des années pour visiter ces joyaux du Nord. 25 ans pour être exact. J’ai visité longtemps après avoir quitté Haïti pour vivre à New York. En fait, j’ai même visité des mois après avoir visité le palais de Sanssouci en Allemagne. Je ne blâme pas mes parents de ne jamais m’y avoir emmené, puiqu’ils y avaient été tous les deux à quelques reprises avant ma naissance. Au contraire, j’ai pris les choses en main, planifié mon propre voyage et j’ai invité des amis rencontrés au cours de mes voyages pour explorer ma petite île avec moi. Je me suis assurée d’avoir une dose égale de beauté naturelle (les plages et les montagnes sont magnifiques) et d’histoire. Visiter les vestiges de la gloire d’Haïti a été thérapeutique, mais ça a également été une source de joie et d’ébahissement.

Donc, le 12 janvier, je pleure les vies perdues, mais je garde également la tête haute et je célèbre ceux qui nous ont précédés, ceux qui nous ont faits qui nous sommes, et ceux qui nous ont laissé leur héritage sous forme de monuments et de documents importants.

View of the Palace from the back with a statue of the Queen to the right
Vue arrière du Palais avec un buste de la reine à droite
Spread the love - Share with your circle

2 Comments

  1. […] Riding a horse in Milot: My first time in Cap-Haitien was an amazing experience full of history and culinary delights. What I consider the coolest moment […]

  2. […] what my travel companion wanted, and he chose to walk. Similarly to the climb to the Citadelle at Milot, the guys with the horses followed closely behind. They had seen dozens of over-confident tourists […]

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *